Risque de coupures de courant cet hiver en Europe

- Catégories : Actualité

En France, le système électrique devrait connaître un hiver particulièrement tendu et le recours aux importations d'électricité sur le marché européen pourrait ne pas suffire. Les experts du secteur s'attendent à de possibles coupures organisées auprès des industriels, et même auprès des particuliers, ce qui n'est pas arrivé depuis le début des années 50.

Emmanuel Macron s'est montré catégorique, à la question : «doit-on craindre des coupures d'électricité l'hiver prochain ?», le président réélu a affirmé : «Il n'y a aucun risque de coupure parce que quand il y a des besoins, on s'approvisionne sur le marché européen». Le chef de l'Etat s'est-il éloigné de la vérité pour rassurer les Français ?

C'est bien l'avis de plusieurs experts du secteur. Car dans l'énergie, comme dans tous les autres secteurs industriels, le risque zéro n'existe pas. Et, si le risque de coupure est très faible, voire inexistant pour cet été, il demeure «extrêmement élevé pour l'hiver prochain et le Président ne peut pas l'ignorer», affirme Nicolas Goldberg, expert énergie chez Colombus Consulting.

Selon l'ex-cadre dirigeant, l'enjeu consistera surtout à s'assurer que ces coupures d'électricité seront maîtrisées et organisées pour éviter un black-out du système électrique. Il garde en mémoire la panne géante du 19 décembre 1978, où à 8h26, la France tombe dans le noir. Métros, trains, ascenseurs, tout s'arrête sans prévenir.
Vigilance accrue jusqu'en 2024

Éviter un tel scénario, c'est le rôle de RTE, le gestionnaire du réseau de transport d'électricité à haute tension. Sa mission consiste, en effet, à assurer en permanence l'équilibre entre l'offre et la demande d'électricité. Or, RTE a publié, en mars 2021, un rapport indiquant que les hivers seraient tendus pour le réseau électrique jusqu'en 2024, en raison notamment d'une faiblesse de la production nucléaire.

    «Les marges sont faibles en raison d'une disponibilité dégradée du parc nucléaire (conséquence de la crise sanitaire et des décalages de travaux de maintenance), du retard de l'EPR de Flamanville et des retards accumulés sur les nouveaux moyens de production renouvelables», détaille RTE dans ce document.

Ajouter un commentaire

1 commentaires

Blondin - 12/07/2022 14:31:20


Sans parler du fait qu'en Allemagne, le gouvernement explique clairement à la Une du principal journal de presse écrite BildZeitung que le risque de panne de courant est grand et sérieux pour les mois à venir. Le gouvernement allemand ne se voile pas la face comme en France et conseille aux entreprises de s'équiper de groupes électrogènes afin de garantir l'approvisionnement en électricité.